•  

    Dans les Ardennes, Anchamps était l'un des derniers villages de France sans monument aux morts

    Dans les Ardennes, Anchamps était l'un des derniers villages de France sans monument aux morts

    En France, environ 250 communes sur plus de 36 000 n'ont à ce jour aucun monument aux morts. / © Maxime Rousseau - France 3 Champagne-Ardenne

     

    C'était l'un des derniers villages de France à ne pas avoir de monument aux morts: Anchamps (Ardennes). Un édifice vient d'être érigé et rend hommage aux victimes de la Première et Deuxième Guerre mondiale et de la Guerre d'Algérie. Car 9 habitants de la commune ont perdu la vie dans ces conflits.

    Un défilé pour se rappeler, en forme d'hommage pour inaugurer le premier monument aux morts du village, près d'un siècle plus tard.

    Un symbole du deuil fort pour ces soldats survivants.

    "Il fut un temps où les anciens combattants, les morts étaient un peu délaissés. Maintenant, on sent dans la population, un renouveau", explique Raoul Hellebout, ancien combattant.
     



    Dans les Ardennes, Anchamps était l'un des derniers villages de France sans monument aux morts

    © France 3

    "On a vécu toutes les périodes en Afrique du Nord, avec tous les copains, donc pour nous, cela est un hommage à rendre à tous ceux qui sont décédés", affirme Pierre Lacroix, ancien combattant.

    Du premier conflit mondial à la Guerre d'Algérie, dans cette commune, 9 habitants, aux noms maintenant gravés dans l'ardoise, sont tombés pour la France.

    "Cela montre aussi pour moi la place des femmes dans les guerres. Souvent on les oublie, on met un Poilu, mais ce sont quand-même elles qui tiennent la boutique pendant que tout le monde est parti", indique une habitante.

    9 soldats oubliés, comme ressuscités par une simple procédure. 10 ans plus tôt, la mairie numérise des états civils, avec une découverte à la clé.

    "On a constaté qu'il y avait plusieurs personnes qui avaient la mention "Morts pour la France"", raconte Michel Philippe, maire d'Auchamps.

    En France, environ 250 communes sur plus de 36 000 n'ont à ce jour aucun monument aux morts.

    Voir notre reportage :

    Dans les Ardennes, Anchamps était l'un des derniers villages de France sans monument aux morts
    Intervenants : Raoul Hellebout, ancien combattant; Pierre Lacroix, ancien combattant; Michel Philippe, maire d'Auchamps - France 3 Champagne-Ardenne - Mathilde Kaczkowski, Maxime Rousseau, Philippe Gasiorek.

    SOURCE : http://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/ardennes-anchamps-etait-derniers-villages-france-monument-aux-morts-1353161.html


    Dans les Ardennes, Anchamps était l'un des derniers villages de France sans monument aux morts
     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Inauguration d’une nouvelle rue

    du « 19 mars 1962 - cessez-le-feu en Algérie »

    st martial.jpg

    DSCN6855_compressed.jpg

    DSCN6854_compressed.jpg

    Le maire, Michel Dupuy, et son conseil municipal avaient invité porte-drapeaux, adhérents de la FNACA, autorités, personnalités, pompiers, associations, tous  présents auprès de Gérard Kieffer, vice-président délégué départemental de la FNACA et Roger Pouquet, vice-président départemental, responsable du secteur Isle-Loue-Auvézère du Périgord, pour inaugurer une nouvelle rue.

    Les deux représentants de la FNACA, au cours de leur allocution, se sont penchés sur la naissance de celle-ci à travers un rappel de ce qui allait devenir la guerre d’Algérie. Les anciens combattants, avec la complicité de la commune, continuent leur devoir de mémoire afin que l’histoire de cette guerre ne soit pas oubliée par les générations à venir.

    Ainsi, la commune rejoint la longue liste des onze communes qui ont déjà pris les délibérations dans ce sens. Depuis le cessez-le-feu, la Fnaca a toujours commémoré ce souvenir.

    DSCN6861_compressed.jpgAprès le dévoilement de la plaque, des gerbes ont été déposées devant le Monument aux morts.

    Cette cérémonie a marqué les esprits par la qualité et la dignité des interventions et le nombre de participants.

    Le cortège s’est ensuite dirigé vers Excideuil pour l’inauguration d’une stèle suivi d’un vin d’honneur offert par les deux municipalités.

    DSCN6847_compressed.jpg

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Les oubliés de la guerre d’Algérie

    A l’issue du scrutin présidentiel historique qui a tranché entre deux thèses :

    - d’un côté, la vue Frontiste d’une France du passé qui rappelle celle de Vichy et plus tard de l’O.A.S. des généraux de la guerre d’Algérie en rébellion contre la république, marquée  aujourd’hui par un repli identitaire avec le renoncement à l’Europe,

    -et de l’autre, par un projet d’une France réconciliée tournée vers l’avenir sans oublier les leçons du passé,

    qu’il me soit permis d’interpeler notre jeune président, Emmanuel Macron, à propos des sacrifices du contingent dans la guerre d’Algérie.

    Oui, la France de Vichy, celle dont Jacques Chirac Président a rappelé en 1995 toute la responsabilité dans la rafle du Vel d’Hiv en 1942 qui a permis aux forces de gendarmerie de livrer aux nazis 13 000 innocents. A ceux qui aujourd’hui encore falsifient l’Histoire en disqualifiant la portée mémorielle du geste de Jacques Chirac, il est bon de signifier que si pour Churchill la France était à Londres avec de Gaulle, pour les Américains, elle était à Vichy avec Pétain.

    A notre jeune Président de la République qui dans un discours de campagne à l’occasion de sa visite en Algérie a qualifié la guerre d’Algérie de crime contre l’humanité, je m’autorise à lui signifier mon incompréhension de ne pas avoir évoqué le sacrifice des jeunes appelés et rappelés qui à peine plus vieux de vingt ans ont laissé leur vie au combat pour une cause, l’Algérie Française, qui n’était pas la leur. Contrairement à la revendication de la France colonisatrice, les départements d’Algérie et des espaces sahariens n’étaient pas la France.

    Ils furent ainsi 30000 morts pour la France entre 1954 et 1962. Leur mémoire est conservée grâce encore au Président Jacques Chirac, ancien combattant en Algérie, au Mémorial National de la guerre d’Algérie, quai Branly à Paris. Ce monument inauguré le 5 décembre 2002, rend hommage aux 1,5 millions de jeunes appelés contraints de gré ou de force à servir en Algérie. Que notre jeune Président complète la résonnance qu’il a voulu donné de la responsabilité de la France en Algérie par l’évocation des souffrances subies par toute cette jeunesse qui pour la plupart avait connu une enfance marquée par les affres de l’Occupation pendant la seconde guerre mondiale.

    L’Algérie me fut chère car mon père est né à Alger et sans avoir combattu, j’ai servi entre 1961 et 1962 sur la base des essais nucléaires d’In Amguel-In Ekker dans le Hoggar.

    Louis Bulidon

    Source : https://blogs.mediapart.fr/louis-bulidon/blog/080517/les-oublies-de-la-guerre-d-algerie 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ce nom de rue n'existe plus à Béziers rayé de la carte par Ménard plus extrémiste

    que l'extrême droite

      Remplacé par celui-ci :

    Celui-ci n'existe plus à Beaucaire son maire se montre à la fois élève discipliné

    de Robert Ménard et subordonné des milieux nostalgériques :

    Remplacé par celui-ci :

    Mais attention, et là je m'adresse aux partisans de la commémoration

    du 19 Mars 1962, je viens de voir une grave pétition :

    Il est bien évident que si la France continue  à s'extrêmedroitiser ces débaptisations

    vont se multiplier

     

    Sur le 5 décembre

    Les hésitations longtemps entretenues à commémorer le cessez-le-feu de la guerre en Algérie semblaient être terminées le 6 décembre 2012 avec l’adoption par le Parlement de la date du 19 mars, anniversaire du cessez-le-feu consécutif aux accords d’Evian signés la veille.

    C’était méconnaître le refus de certains de respecter la loi. Un refus jamais sanctionné ? Merci M. le Président du "changement c'est maintenant" Une loi qui heurte leur conception des rapports entre les peuples qui ne peuvent se faire, selon eux, que par la domination des plus forts sur les plus faibles, ce que sous-tend l’idéologie colonialiste.

    Aussi a-t-on vu, en divers endroits, c’est notamment le cas à Béziers, Beaucaire, Nice et à Perpignan, et dans une vingtaine d'autres villes, des maires refuser de participer aux cérémonies du 19 mars. Comme la journée du 5 décembre n’est pas abolie elle sert de position de repli aux nostalgériques... Ce sera donc le cas demain 5 décembre 2015.

    A quoi correspond le 5 décembre ? A rien de remarquable sinon à l’inauguration du monument du quai de Branly à Paris qui porte les noms des victimes françaises de la guerre d’Algérie et de l’obstination de ceux qui ont refusé la paix.

    Il aurait fallu en finir avec le 5 décembre et le gouvernement n’est pas sur une bonne voie qui cède aux partisans de l’Algérie française en le maintenant. C’est malheureusement ce qu’il fait en organisant encore en 2015 une cérémonie au quai Branly.

    Le jugement de l’Histoire est clair, la guerre d’Algérie a constitué un épisode dans lequel la France n’avait pas le beau rôle ! Il a occasionné suffisamment d’injustices et de souffrances pour qu’on en commémore la fin. On ne gagne rien à pactiser avec les idées d’extrême droite !

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Marine le Pen a changé : elle est pire qu’avant !

    En venant à Nîmes soutenir son compagnon, Louis Aliot, tête de liste du Front National en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Marine Le Pen a repris le style de papa, que l’on croyait abandonné.

    Face aux djihadistes, «nous n'avons pas d'autre choix que de gagner cette guerre. Si nous échouons, le totalitarisme islamiste prendra le pouvoir dans notre pays, comme il l'a pris en Libye avec l'aide de Nicolas Sarkozy, comme il tente de le prendre en Syrie, en Egypte, en Tunisie», a lancé Marine Le Pen à la tribune. Et, histoire d’attirer les applaudissements (en particulier de Robert Ménard et de Gilbert Collard) et d’effrayer le peuple : «la charia remplacera notre Constitution, l'islam radical se substituera à nos lois, la burqa sera imposée à toutes les femmes, nos bâtiments détruits, la musique prohibée, l'épuration religieuse avec son cortège d'horreurs.» 

    Marine le Pen a changé : elle est pire qu’avant !

    marine-le-pen-avant 

    Tout cela sent bon son pétainisme. En fait on est passé de l’antisémitisme de papa à l’anti-islamisme de sa fille. Et on se demandait pourquoi elle avait viré son père ; tout simplement pour faire comme lui. Marine Le Pen a changé, elle ne lave plus blanc, elle est pire qu’avant !

    Christian Gallo - © Le Ficanas ®

     

    Marine le Pen a changé : elle est pire qu’avant !

    Oui c’est le bruit des bottes, Jean Ferrat l’a si bien chanté

    "L'histoire se répète inlassablement Jean, tu pourrais rajouter aujourd'hui beaucoup d'autres couplets. Quand pourrons-nous vivre libre et en paix ? c'est une utopie ? Pour le moment restons éveillés et vigilants".

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire