• Maurice Audin

    Maurice Audin serait-il enterré

     près d'Oued Alleug ?

    La famille demande aux autorités algériennes de vérifier

    Le corps du moudjahid Maurice Audin, assassiné par les parachutistes français, se trouve-t-il au cimetière de Ben Salah, près d’Oued Alleug ? Un an après un témoignage publié en aout 2014 par le Quotidien d’Oran, la famille du mathématicien assassiné souhaite que les autorités algériennes donnent suite à ce témoignage et procèdent à des fouilles et à des tests ADN pour s’en assurer.

    En aout 2014, dans les colonnes du Quotidien d'Oran, Abraz Mustapha, dit Moh Djebbour, alerté par les propos tardifs d'Aussaresses sur l’assassinat de Maurice Audin et du lieu possible de son enterrement a établi un lien possible avec un évènement qu’il a vécu alors qu’il n’avait que douze ans. Il s’agissait d’un enterrement effectué à la sauvette en 1957 par des parachutistes au cimetière de Ben Salah, près de Oued Alleug.

     

     Après leur départ, Abraz Mustapha, qui avait 12 ans à l'époque, pensant y trouver un habitant de la région victime du sinistre Lagaillarde qui y officiait, a essayé d’identifier la personne enterrée.

    " Un soir de l'été 1957, c'était la fin du mois de juin, il était dix-huit heures passées, je vois un véhicule militaire 4X4 avec huit parachutistes à bord s'arrêter non loin de ma vache et moi. Je les ai bien vus, ce n'étaient pas des soldats de Lagaillarde, ces derniers ramènent toujours avec eux des harkis en grand nombre ; ni la tenue, ni le véhicule ne ressemblaient à ce que j'avais l'habitude de voir à Oued Alleug.

    Inauguration de la plaque commémorative le 12 juin 2012 

    Je les ai vus jeter un corps dans une fosse qui existait déjà et le recouvrir de terre. Après leur départ, je m'approche de la " tombe " et découvre le mort. Ce n'était pas quelqu'un de la région. Il ressemblait à un Européen, habillé d'une veste légère. C'était certainement du daim. Les Algériens que je connaissais ne pouvaient pas se payer ce type de vêtements ! ".

    Les aveux d'Aussaresses 

    Un détail qui correspond au témoignage de Josette Audin indiquant que Maurice portait au moment de son arrestation une "veste claire et légère, on était au mois de juin". 57 ans après l'évènement, Mustapha Abraz a fait le lien "en regardant une vidéo sur les aveux d'Aussaresses, en entendant ce dernier situer l'endroit dans la région de Koléa, parler d'" une fosse déjà creusée"..."

    Un an plus tard, la famille de Maurice Audin souhaite que les autorités algériennes donnent une suite à ce témoignage et procède aux recherches nécessaires.

    Maître Roland Rappaport, qui était accompagné de Pierre Audin, à la cérémonie, organisée par l’ambassade d’Algérie à Paris, à l’occasion du 61e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale, a indiqué que les autorités algériennes ont été sollicitées en ce sens.

    Pour l’avocat, dont les propos sont rapportés par l'agence APS, si l’information est "vérifiée et s’avère juste", il faudra alors procéder à un travail de fouille et à des tests ADN, pour que la famille puisse faire son deuil et enterrer "dignement" Maurice, ce moudjahid algérien, enlevé et assassiné par l’armée coloniale, il y a 58 ans.

    "Nous souhaitons, dans ce sens, que le ministère des Moudjahidine nous tienne au courant si, bien sûr, l’information est fiable pour que nous puissions nous déplacer en Algérie", a-t-il encore déclaré.

    SOURCE : http://www.huffpostmaghreb.com/2015/11/07/maurice-audin_n_8498060.html?1446884656

     

     

     

     

    « L'Armée d'Afrique et l'Armistice du 11 novembre 1918 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter