• La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    La nuit d’horreur à Paris

    " D’abord, mes pensées vont vers celles et ceux qui sont partis et toute ma compassion aux familles endeuillées, pour toutes celles, innombrables qui pleurent et celles qui vont vivre dans la crainte !

    Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard.

    J'ai très mal à ma France ! "

    Michel Dandelot

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Les spectateurs du Stade de France ont investi la pelouse après le match France-Allemagne à Saint-Denis, où explosions kamikazes ont eu lieu

     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

      La mairie de Paris a demandé aux Parisiens de rester chez eux

     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Les forces de l'ordre se sont déployées près de la place de la République  

     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Les Parisiens attablés aux terrasses des cafés du secteur de République ont été la cible
    de plusieurs tireurs AFP

     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

     
     
     Retour sur ces attentats terroristes qui ont marqué la France

    Les fusillades simultanées de vendredi 13 novembre 2015 à Paris sont les plus meurtrières qu'a connues la France ces dernières décennies. Le bilan des victimes dépasse de loin celui de l'attentat de Charlie Hebdo, en janvier, et de différentes tueries qui ont secoué la France depuis plus de 50 ans.

    Survol de décennies d'actes terroristes meurtriers

     en sol français


    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

     

    JUIN 1961, une bombe dans un train 

    La France est alors en pleine guerre d'Algérie. Le 18 juin 1961, l'Organisation de l'armée secrète, qui défendait la présence française en Algérie, fait dérailler un train qui reliait Strasbourg, dans l'est de la France, à la capitale, Paris. La bombe explose près de Vitry-le-François. Bilan : 28 morts.

    Il y a 54 ans, un attentat sur la ligne Strasbourg-Paris faisait 28 morts

    L'attentat chez Charlie Hebdo a fait 12 morts. Il a été décrit comme le plus meurtrier que la France ait connu depuis plus de 50 ans, depuis l’attaque d’un train en 1961 qui assurait la liaison Strasbourg-Paris.

    Le 18 juin 1961, près de Vitry-le-François, une bombe explose au passage du train Strasbourg-Paris, qui déraille, faisant 28 morts et 170 blessés.
    L'attentat sera attribué à l'OAS, l'Organisation de l'Armée Secrète.
     


    L'attentat de 1961

     Ce fut, jusqu'au 13 novembre 2015, l'attentat le plus meurtrier à survenir en France.

     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    MAI 1978, aéroport d'Orly 

    Le 20 mai, 8 personnes meurent dans une fusillade qui survient à l'aéroport parisien d'Orly. Des militants palestiniens ouvrent le feu sur des passagers qui embarquent pour Tel-Aviv. Trois des assaillants sont du nombre des victimes.


     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    OCTOBRE 1980, Paris

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Explosion rue Copernic, à Paris, le 3 octobre 1980. Photo : AP Photo/Remy de la Mauviniere.

    3 octobre, rue Copernic, à Paris. À l'heure de la prière, une bombe cachée dans la sacoche d'une moto explose devant une synagogue et fait 4 morts en plus d'une vingtaine de blessés. Le principal suspect est le Canado-Libanais Hassan Diab, qui a été extradé du Canada vers la France il y a un an.


    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    MARS 1982, un autre train 

    Cette fois, c'est le train Toulouse-Paris, appelé le Capitole, qui est visé. Le 29 mars, le maire de Paris de l'époque, Jacques Chirac, devait s'y trouver, mais il n'y était pas. La bombe explose près de Limoges. Bilan : 5 morts et 77 blessés. Le Vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, a été reconnu coupable pour cet attentat.

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Ilich Ramirez Sanchez, mieux connu sous son nom de terroriste « Carlos le chacal », dans un dessin de la cour.  Photo :  AFP/BENOIT PEYRUCQ 


    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    AOÛT 1982, rue des Rosiers 

    Le 9 août 1982, des grenades sont lancées dans le restaurant Goldenberg, en plein quartier juif de Paris. Le commando ouvre aussi le feu sur les clients et les employés, faisant 6 morts et 22 blessés. Cette attaque n'a toujours pas été élucidée.

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

     JUILLET 1983 : encore Orly 

    L'aéroport parisien d'Orly est une fois de plus la cible de terroristes le 15 juillet. Une bombe explose près des comptoirs d'enregistrement de la compagnie Turkish Airlines. La déflagration fait 8 morts et 54 blessés. Trois Arméniens seront condamnés deux ans plus tard.

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    DÉCEMBRE 1983 : deux attaques 

    Dernier jour de l'année. Une explosion à bord du train Marseille-Paris, à la hauteur de Tain-l'Hermitage, tue 3 personnes et fait 3 blessés. Quelques minutes plus tard, deux personnes perdent la vie lorsqu'une autre bombe, celle-là placée près des consignes automatiques de la gare Saint-Charles, à Marseille, explose. Une trentaine de personnes sont blessées. Ces deux attaques sont revendiquées par l'Organisation de lutte armée arabe.


    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    SEPTEMBRE 1986, le magasin Tati 

    Le 17 septembre, rue de Rennes, un engin explosif éclate dans une poubelle près de la vitrine du magasin Tati un peu après 17 h. La déflagration fait 7 morts et 55 blessés. Le réseau pro-iranien de Fouad Ali Saleh a commis cet attentat. Ce dernier a été arrêté l'année suivante et il est depuis emprisonné. Son groupe terroriste serait l'auteur d'une vague d'une dizaine d'attentats à Paris entre décembre 1985 et septembre 1986.

     

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".


    1995 et 1996, le métro de Paris 

    Le métro de la capitale est la cible d'une vague d'explosions. Le 25 juillet 1995, une bombe explose à la station Saint-Michel. Bilan : 8 morts et 119 blessés. Cet attentat est attribué à des extrémistes islamistes algériens. Ils seraient aussi les auteurs d'une autre attaque, le 3 décembre 1996, à la station Port-Royal, qui a fait 4 morts et 91 blessés.


    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    MARS 2012, dans un collège de Toulouse

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Des membres de l'unité spéciale RAID qui a donné l'assaut contre Mohamed Merah le 22 mars 2012

     Photo :  AFP/PASCAL PAVANI

    Le 19 mars, Mohamed Merah tue trois enfants et un enseignant dans un collège juif de Toulouse. Quelques jours auparavant, il avait tiré en pleine rue sur trois militaires, à Toulouse et à Montaubané. L'homme de 23 ans est tué par la police après un long siège de son appartement.


    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    JANVIER 2015, Paris

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Plusieurs affiches et des fleurs ont été déposées sur la statue de la place de la République à Paris, en hommage aux victimes de l'attentat au journal Charlie Hebdo. Photo : Reuters / Youssef Boudlal

    Le 7 janvier, un attentat terroriste contre le journal satirique Charlie Hebdo fait 12 morts. Les présumés auteurs de la tuerie, les frères Chrérif et Saïd Kouachi, ont été tués par la police après deux jours de cavale.

    Au même moment, porte de Vincennes, Amedy Coulibaly, auteur présumé d'une fusillade à Montrouge durant laquelle une policière a perdu la vie, était abattu dans l'assaut policier contre un supermarché où il retenait plusieurs personnes. Quatre otages sont morts durant l'opération.

    Selon la police, l'homme était lié aux frères Kouachi. Incluant les auteurs présumés, ces fusillades ont fait 20 morts.

    Source : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2015/11/13/012-attentats-terroristes-france.shtml

    La nuit d’horreurs à Paris "Mais le terrorisme est une bête immonde sans visage qui frappe au hasard".

    Ma conclusion sera le point de vue de Jacques CROS

    L’horreur à Paris

    Publié le 14/11/2015 à 11:00 par cessenon
    L’horreur à Paris

     

    Ce qui s’est passé vendredi soir à Paris est d’une ampleur inouïe. Si ce n’est pas au niveau atteint par les attentats du 11 septembre 2001 c’est d’une autre dimension que l’assassinat, déjà terrible, perpétré il y a dix mois à Charlie Hebdo. Fermer les frontières et monter au maximum le plan de sécurité se révèle sans effet !

    Nous sommes dans une logique de guerre et l’engrenage des événements est lourd de menaces pour la paix. Le terrorisme apporte sa contribution à la montée de la tension. Il se nourrit de la situation invivable que nous connaissons.

    Les fauteurs de guerre, où qu’ils soient, doivent se réjouir du drame qui vient de se dérouler à Paris. Il n’y aura plus de réticence à engager la force armée partout dans le monde. Merci les terroristes, vos actes atroces et déments aident ceux qui, dans le contexte présent, n’ont d’autre issue que le recours à la violence exacerbée pour résoudre leur crise. S’il fallait un prétexte vous le leur fournissez.

    Oui le monde est en danger d’une nouvelle guerre. Elle sera désastreuse n’en doutons pas. Un conflit entre qui et qui ? On ne le sait pas trop encore. Pas entre les puissances impérialistes et le camp socialiste en tout cas, celui-ci a quasiment disparu. Mais on se trouvera bien un adversaire. Au besoin on le fabriquera ! Les Talibans ?  Les Djihadistes ? DAESH ? Al Qaïda ? Oui pourquoi pas ? Ils jouent pleinement le jeu et correspondent au profil souhaité. On a pu aussi compléter le dispositif en planifiant les vagues migratoires,

    Voilà, en résumé, mon opinion sur les événements gravissimes que nous vivons et ajouter, même si ce n’est qu’accessoire vu l’ampleur de la période de folie que nous traversons, que tout cela doit servir ceux qui sont en mal de popularité !

    Jacques CROS

    SOURCE : http://cessenon.centerblog.net/

     

     

    « Jean-Pierre Dorchain, habitant Besançon a souhaité nous retracer son parcours en Algérie dans les années 1961-1962 *** MISE A JOUR LE 13/11/2015 Toute vérité n’est pas bonne à dire mais le Pape l’a dit alors, nous aussi !!! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter