• La FNACA, écartée de la cérémonie aux Invalides, écrit à François Hollande

    MERCI POUR CE MOMENT

    MONSIEUR LE PRESIDENT

    MAIS NOUS NE VOUS RECONNAISSONS PLUS

     

    ****************************************

     

    La FNACA, écartée de la cérémonie aux Invalides, écrit

    à François Hollande

    Lundi 30 Novembre 2015

    Monsieur le Président de la République,

    Lors de la cérémonie solennelle en mémoire des victimes du vendredi 13 novembre 2015, le Comité 7ème de la FNACA, Président et Porte-drapeau en tête, s’est présenté aux Invalides. Nous avons été poliment écartés.
    Nous tenons à vous manifester notre désapprobation car nous ne comprenons pas toutes ces interdictions.
    Vous nous encouragez à manifester notre ferme volonté de nous opposer à la barbarie, de pavoiser nos habitations, de rester unis contre le terrorisme et de nous joindre à l’hommage national. Vous nous assommez à travers les médias pour retrouver un élan patriotique aux couleurs de la République, et lorsque nous souhaitons montrer notre détermination dans le même état d’esprit, vous nous rejetez. Ce n’est pas très clair.
    Or, à voir vide l’Esplanade des Invalides, par sécurité, est aussi un signe de faiblesse de votre service de sécurité. Cela aurait été un signe de force de réunir plusieurs milliers de manifestants. Cela aurait donné une bien meilleure image de votre volonté de vous battre contre le terrorisme. Vous donnez l’image d’une France faible, craintive et frileuse.
    Le Comité 7ème de la FNACA est d’autant plus désorienté que les Invalides sont sur son arrondissement, qu’il participe à toutes les manifestations patriotiques et qu’il développe avec conviction le « Devoir de Mémoire ». Il maintient un lien de fraternité et de solidarité parmi l’ensemble d’une population ayant une tranche d’âge susceptible de craindre la maladie, l’isolement et la déconnection de la vie politique et économique. Ils sont tous soit des anciens combattants, soit/et des victimes de guerre.
    Nous réalisons régulièrement des manifestations pour souder les anciens combattants et victimes de guerre de notre arrondissement. Cette cérémonie en faisait partie. C’est pourquoi nous sommes  vraiment offusqués et désappointés  de n’avoir pas pu exprimer notre volonté de lutter contre la barbarie et de défendre, sans peur, les valeurs de la République de Liberté, Egalité et Fraternité.
    Croyez Monsieur le Président de la République, à l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

                Olivier BIDOU
                Président du Comité 7ème de la FNACA
    SOURCE : http://www.humanite.fr/la-fnaca-ecartee-de-la-ceremonie-aux-invalides-ecrit-francois-hollande-591209#xtor=RSS-1 

     

    ****************************************

     

    La FNACA avait pourtant été reçue

     par le Président de la République

     le 24 juin 2015

    La délégation avait procédé à un large tour d’horizon sur les problèmes spécifiques de la troisième génération du feu, en matière de Droits des anciens combattants, reconnaissance de la mention mort pour la France, Mémorial national de la guerre d’Algérie, respect de la Loi faisant du 19 mars une journée nationale du Souvenir et de Recueillement, transmission et respect de la Mémoire de la guerre d’Algérie, …

    Le président de la République s’était montré attentif à toutes les interventions, réaffirmant l’imprescriptibilité du Droit à réparation et assurant de la volonté du gouvernement de répondre aux demandes formulées.

    ****************************************

    Alors que s’est-il passé ? Les Anciens Combattants de la guerre d’Algérie étaient-ils considérés comme des éléments perturbateurs ? Pourquoi le président du « Changement c’est maintenant » n’a jamais abrogé le décret promulguant la commémoration du 5 décembre ? Pourquoi n’a-t-il jamais fait respecter la loi du 6 décembre 2012 que des maires « hors-la-loi » ignorent volontairement, comme à Nice, Perpignan, Béziers, Beaucaire et dans une vingtaine d’autres villes ? Pourquoi laisse-t-il supprimer des noms de rues du 19-Mars-1962, comme à Beaucaire et Béziers et, pire pour cette dernière ville, remplacé par le nom d’un putschiste qui a voulu renverser la République ? Pourquoi n’a-t-il jamais rendu au Mémorial National sa destination première dont le détournement qui s’est produit sous le précédent quinquennat avait pour but de satisfaire les héritiers d’organisations terroristes ?

    « La France a perdu une bataille, Daech a perdu la guerre411 morts en Seine-Maritime. Enfin un Mémorial, à Rouen pour les disparus de la guerre d'Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter