• Informations à quelques amis anciens combattants

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (5)

    Quelles sont précisément les attributions de la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées ?

    Informations à quelques amis  anciens combattants

    Le 21 juin dernier, le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, annonçait la nomination de Geneviève Darrieussecq, maire de Mont-de-Marsan, à la fonction de secrétaire d’État auprès de Florence Parly, la ministre des Armées. Sans plus de précisions. Allait-elle remplacer Jean-Marc Todeschini, ex-secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et la Mémoire (SEDAC) ?

    Trois semaines plus tard, l’espace du site Internet du ministère de la Défense dédié au SEDAC a été vidée de son contenu. Et aucun agenda de Mme Darrieussecq n’a été diffusé. Sans doute fallait-il attendre la publication du décret « relatif aux attributions de la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées ». Ce qui vient d’être fait. Seulement, on n’est pas plus avancé.

     « Mme Geneviève DARRIEUSSECQ, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées, connaît de toutes les affaires que lui confie la ministre des armées », est-il indiqué dans l’article 1 du décret n°2017-1150 du 10 juillet 2017.

    Le suivant précise que « pour l’exercice de ses attributions, la secrétaire d’État dispose, en tant que de besoin, des services placés sous l’autorité de la ministre des armées, ou dont elle dispose. »

    Enfin, l’article 3 stipule que « la secrétaire d’Etat reçoit délégation de la ministre des armées pour signer, en son nom, tous actes, arrêtés et décisions, dans la limite des attributions qui lui sont confiées. Elle contresigne, conjointement avec la ministre des armées, les décrets relevant de ses attributions. »

    Mais encore? Quid des Anciens combattants, du lien Armée-Nation, de la Mémoire? Qu’on se rassure, dans un entretien donné à Sud Ouest, Mme Darrieussecq a donné quelques précisions sur ses activités.

    « Je dois être en capacité de suppléer la ministre aux armées », a-t-elle dit. Et d’ajouter : « Bien sûr, j’ai des dossiers spécifiques à ma charge comme les anciens combattants, la mise en place du service national, la culture, avec les musées des armées. […] Il y aura aussi un travail sur le développement durable des sites militaires. Et je suis également chargée du développement des relations entre l’armée et les acteurs économiques du territoire et de la formation initiale et continue. »

    Au passage, l’on apprend que, outre les anciens combattants, les blessés et les pensions, la secrétaire d’État aura aussi à s’occuper des « victimes d’attentats » alors que ces dernières relevaient, dans le précédent gouvernement, d’un secrétariat d’État aux Victimes.

    Mais l’un des gros dossiers qui attend Mme Darrieussecq sera la mise en place d’un service national, promis par le président Macron et confirmé par Édouard Philippe, le Premier ministre, lors de sa déclaration de politique générale. « Je ne crois pas que les militaires y soient opposés », a-t-elle confié à Sud Ouest, alors que les Armées devraient fournir jusqu’à 18.000 personnels pour encadrer les appelés, d’après un rapport du Sénat. Par ces temps de tempête budgétaire, dire que les militaires ne sont pas réticents est aller un peu vite en besogne…

    « Il faut trouver un équilibre pour permettre à ce service de remplir son but. À savoir : parler de la Nation ; que les jeunes acquièrent cet aspect, autour de l’unité du pays. C’est un objectif fort. Ce travail se fera avec plusieurs ministères, des armées bien sûr, mais aussi de la jeunesse, de la culture et du sport. […] Cela prendra bien un an de concertation, mais on doit réussir à dessiner quelque chose de réalisable et qui entre dans les capacités budgétaires », a encore expliqué Mme Darrieussecq, qui n’est pas encore en mesure de préciser les coûts d’une telle mesure. « Pour l’instant, je n’ai pas les chiffres », a-t-elle dit.

    S’agissant du budget des Armées, l’entretien accordé par Mme Darrieussecq à Sud Ouest tombe fort mal à propos. « Le président s’est engagé à augmenter progressivement le budget des armées pour atteindre 2 % du PIB en 2025. À l’heure où l’on recherche des économies, ce ne sera pas ciblé sur les armées qui, dans le contexte actuel et à venir, auront besoin d’être renforcées en hommes et en matériel. L’engagement du Président sera respecté », a-t-elle dit.

    Sauf que, après l’annonce d’un effort de 850 millions d’euros demandé aux Armées par le ministère de l’Action et des Comptes publics, elle a dû annuler son déplacement sur la base aérienne de Mont-de-Marsan, où elle était attendue avec Mme Parly, cette dernière devant s’entretenir avec le Premier ministre pour évoquer ce coup de massue.

    En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/07/11/quelles-sont-precisement-les-attributions-de-la-secretaire-detat-aupres-de-la-ministre-des-armees/#TA60cKkEZ7ug0hq8.99 

     

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (4)

     

    Y aura-t-il une secrétaire d’Etat

     aux anciens combattants ? 

    Deux femmes au gouvernement pour les Armées : une configuration inédite

    en France

     

    Informations à quelques amis  anciens combattants

    La haut-fonctionnaire Florence Parly, 54 ans,  a été nommée le mercredi 21 juin 2017,  ministre des Armées en remplacement de la députée européenne MoDem Sylvie Goulard, qui n’aura été à ce poste qu’un mois, a annoncé le secrétaire général de l’Élysée. La directrice générale de SNCF Voyageurs a été secrétaire d’État socialiste au Budget dans le gouvernement  de Lionel Jospin entre 2000 et 2002 et les militaires n’en ont pas forcément gardé un bon souvenir. Elle a aussi travaillé dans plusieurs cabinets ministériels de gauche. Si elle s’était éloignée de la politique, c’est un monde qu’elle connaît bien et elle dispose d’un carnet d’adresses qui ne peut que lui être profitable.

    Informations à quelques amis  anciens combattants

    Médecin, Geneviève Darrieussecq, 61 ans, qui a été élue le dimanche 18 juin 2017, députée MoDem de la 1e circonscription des Landes, a été nommée secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées. Pour l’heure on ne connaît pas les domaines de compétences qui lui seront attribués. Peut-être recevra-t-elle la responsabilité des Anciens Combattants, de la Mémoire et des Victimes d’actes de terrorisme mais cela n’est qu’une hypothèse. Il faut attendre les périmètres qui seront précisés plus tard au Journal officiel. La question est posée d’autant que les associations ont déjà fait preuve de leurs préoccupations en raison de l’absence d’un portefeuille dédié dans le premier gouvernement dirigé par Edouard Philippe.

    Comme maire de Mont-de-Marsan, Geneviève Darrieussecq a une proximité avec l’armée de l’air via la BA 118 colonel Rozanoff, qui accueille notamment le prestigieux Normandie-Niemen dont on vient de fêter le soixante-quinzième anniversaire, unité compagnon de la Libération qui possède des Rafale.

    Cette configuration de deux femmes en charge de ce ministère régalien des Armées est une première dans l’histoire de la République. Même si sous la Ve et pendant cinq ans, Michèle Alliot-Marie a détenu le portefeuille de la Défense et a été également en charge sous le quinquennat de Jacques Chirac des Anciens combattants avant les législatives et le remaniement qui les suit.

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (3)

    Communiqué (partiel) de Guy Darmanin

    président national de la FNACA

    Le candidat « En Marche », aujourd’hui  président de la République, m’a fait adresser un courriel quatre jours avant le second tour  de l’élection dans lequel on peut lire ses engagements :

    -      Pour la Journée Nationale du Souvenir le 19 Mars : « ... Le Parlement a inscrit dans le calendrier national, la date

     du 19 Mars 1962 »,

     Emmanuel Macron soutiendra cette décision. 

    -             Respectera le Droit à réparation. 

    -             Maintiendra un interlocuteur spécifique pour le Monde Combattant et la Mémoire. 

    -             S’engage à conserver l’efficacité de l’ONAC. 

    -             Prescrira une étude attentionnée pour la campagne double. 

    -             Favorable à l’attribution de la Carte du Combattant jusqu’au 1er juillet 1964. 

    -         Considère que l’ONAC joue un rôle essentiel dans le domaine de la solidarité. 

    Certes, nous sommes en possession d’engagements écrits du président de la

     République danslequel il fait aussi, concernant les anciens combattants, référence à Clemenceau :

     « Ils ont des droits sur nous ».

    À l’instant  je rédige cet éditorial, nous n’avons pas encore d’interlocuteur

     ministériel de nommé. 

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (2)

     

    Est-ce une suite à l'article ci-dessous ?

     

    Macron nomme un Monsieur Mémoire à l'Elysée

      16h00 , le 4 juin 2017

    Le conseiller d'Emmanuel Macron Sylvain Fort va diriger un pôle "discours et mémoire" que le Président souhaite mettre au coeur de son action.

    Information à quelques amis   anciens combattants

    Sylvain Fort (de face, au centre), ici à la l'Elysée lors de la passation de pouvoirs. (Reuters)
     

    Sylvain Fort, qui gérait la communication du candidat Macron pendant la campagne présidentielle, change de secteur d'activité : à l'Élysée, il est bombardé responsable d'un pôle "discours et mémoire". Plume du chef de l'État, il s'occupera de la relation avec les intellectuels et des questions mémorielles, qu'Emmanuel Macron a la ferme intention d'empoigner pendant son quinquennat. "C'est moins une question d'alignement de dépôts de gerbes, même si les commémorations sont bien sûr importantes, indique l'Élysée. Il s'agit de réussir la réconciliation des mémoires et de construire un récit national."

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (1)

    Je lisais ces derniers jours un communiqué d’une association d’anciens combattants et  notamment cette phrase :

    "Elle a pris acte de l’élection d’un nouveau président de la République et de la désignation du gouvernement, dans lequel il n’y a pas, pour le moment, de ministre ou secrétaire d’Etat spécialement dédié aux dossiers des anciens combattants et de la Mémoire. M. Emmanuel Macron s’étant engagé clairement sur ce point."

    Si j’en crois l’article ci-dessous il n’y aura plus de ministre ou secrétaire d’Etat : 

    Exclusif

    Le gouvernement va créer des Hauts Commissariats

    plutôt que des secrétaires d’Etat

    Les anciens combattants pourraient, par exemple, en devenir un

     
     
    Le gouvernement va créer des Hauts Commissariats, plutôt que des secrétaires d’Etat

    Au lendemain des élections législatives du 18 juin, le Gouvernement envisage de créer des Hauts-commissaires plutôt qu’une flopée de secrétaires d’État. Ces postes sont en effet nécessaires autant pour faire fonctionner la machine gouvernementale au quotidien que pour satisfaire les ambitions d’amis politiques.

    Toujours selon nos informations, les anciens combattants, qui avaient leur secrétaire d’État dans le précédent gouvernement, pourraient ainsi devenir un Haut-Commissariat.

    Il ne s’agit pas d’une nouveauté radicale, car cette formule a existé durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy avec la nomination de Martin Hirsh comme haut-commissaire « aux solidarités actives contre la pauvreté », puis à la « jeunesse ».

    La pratique remonte à la IIIe République, comme le rappelle le juriste Marc Frangi dans un article de la Revue française de droit constitutionnel. Toutefois, sous la même appellation, on confond des fonctions administratives (comme le Haut-commissaire à l’énergie atomique, au CEA, ou les représentants de l’État en Polynésie ou en Nouvelle-Calédonie, les « haussaires ») avec des postes plus politiques - l’alpiniste Maurice Herzog fut ainsi Haut-Commissaire aux sports au début de la Ve République.

    L’absence de quelques portefeuilles ministériels au sein du gouvernement Philippe a provoqué quelque émoi dans les milieux concernés, à l’exemple des associations d’anciens combattants qui tiennent à avoir « leur » ministre. Tout en se contentant souvent d’un secrétaire d’État et demain, sans doute, d’un Haut-Commissaire.

    SOURCE : http://www.lopinion.fr/edition/politique/gouvernement-va-creer-hauts-commissariats-plutot-que-secretaires-d-127144

     

     

    « Les oubliés de la guerre d’AlgérieInauguration d’une nouvelle rue du « 19 mars 1962 - cessez-le-feu en Algérie » »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter