• Dans la série "Faut rigoler pour empêcher le ciel de tomber" Une dinguerie sans limite du maire de Béziers, l'une des villes les plus pauvres de France

    Dans la série "Faut rigoler pour empêcher le ciel de tomber" Une dinguerie sans limite du maire de Béziers

    Dans la série "Faut rigoler pour empêcher le ciel de tomber" Une dinguerie sans limite du maire de Béziers

     

    Dans la série "Faut rigoler pour empêcher le ciel de tomber"

     

    Dernière folie en date : Ménard déclenche

    la guerre du kebab !

     

    Puisque Robert Ménard dans son désir "d'épuration alimentaire" entend limiter le nombre de kebabs, proposons-lui d'éliminer tout ce qui "vient d'ailleurs"... café, couscous, tomates et mimosas !

     

    Depuis son élection en 2014, Robert Ménard profite largement du bulletin municipal pour vanter son action à la mairie de Béziers. (JOEL SAGET/AFP)

    Bas du formulaire

     

    L’humour est parfois la meilleure réponse aux délires extrémistes. Robert Ménard, le maire d'extrême droite de Béziers, s’est mis en tête d’empêcher l’installation en centre ville de ces kébabs qui lui donnent des indigestions culturelles car, a-t-il précisé : "Nous sommes dans un pays de tradition judéo-chrétienne".

    Il faudrait donc bouter hors de la cité biterroise tous les aliments, sans parler des éléments, d’origine étrangère, susceptibles de corrompre notre identité sacrée. Cela a provoqué des réactions moqueuses envers un maire qui n’est plus à une casserole près. Nous retiendrons tout particulièrement une initiative savoureuse d'un anti-Ménard : l'organisation d'un festival international du kebab qui se tiendrait à Béziers le 6 mai prochain. Cette "kébab party" pourrait peut-être participer de la relance économique d’une ville en souffrance.

    Plus sérieusement, cette volonté d’exclusion est assez vertigineuse. Ni plus ni moins que la volonté de Marine Le Pen d’éradiquer l’immigration bactérienne, comme elle le prétend dans son programme pour la région Nord Picardie Pas-de-Calais. Au passage la présidente du Front National ne précise pas si elle veut abattre aussi les oiseaux migrateurs, qui ont le culot de voyager sans visas, et qui se posent dans des hubs non déclarés ! Il est des logiques qu’il faut ainsi pousser à leur extrême, pour comprendre à quel point elles sont folles. Il en va évidemment de même de cette volonté d’épuration alimentaire qui ne saurait en rester à l’exclusion du seul kebab. Car une stricte alimentation "bien de chez nous", sans miasmes étrangers ni microbes migrants, devrait conduire à des mesures plus radicales. Pour le coup, Robert Ménard la joue petit bras. Il ne peut pas se contenter de roulements de mots et de biceps…

    Une dinguerie sans limite

    Pour suivre sa logique purificatrice, il doit "virer" tout ce qui vient d’ailleurs. A commencer par le café, ce noir breuvage concocté par les arabes. Et le couscous, donc, qui nous vient du Maghreb. Il lui faut exclure un certain nombre de ces légumes autrefois importés de l’étranger : les tomates, ces pommes d’amour, les haricots et les pommes de terre, les mandarines et les oranges à qui les arabes ont donné leur nom, et les melons, et les épinards, et les bananes et les aubergines, ces pommes de Sodome comme on les appelait. Et la canne à sucre ! Et le tabac !... La dinguerie sans limite, si on fait table rase de l’étranger !

    J’ai lu récemment un livre formidable, où j’ai découvert tout ce que nous devons aux influences étrangères, qu’elles soient architecturales, musicales, lexicales, artistiques, scientifiques. Nous avons certes de la branche en France, et qui vient de loin, mais souvent d’ailleurs, par exemple les cèdres, les platanes, les lilas, les cyprès, et même les mimosas, qui ont longuement voyagé avant de venir nous ensoleiller le cœur. Tout cela, je l’ai appris dans un ouvrage écrit par deux historiens, Lucien Febvre et François Crouzet, qui expliquent que la France s’est renforcée chaque fois qu’elle s’est ouverte et qu’elle s’est affaiblie quand elle s’est refermée. Cet ouvrage est un « Manuel d’histoire de la civilisation française » d’Albin Michel, intitulé "Nous sommes des sangs mêlés". Il m’avait été recommandé par Henri Guaino, la plume de Nicolas Sarkozy. Lors de son célèbre discours d’investiture du 14 janvier 2007, le candidat Nicolas Sarkozy, et futur président, avait eu ces mots si forts, soufflés par Guaino : « Je suis un petit français au sang mêlé ». Il faudra prochainement demander à Nicolas Sarkozy s'il aime le kebab !

    SOURCE : http://www.challenges.fr/politique/20151111.CHA1484/derniere-folie-en-date-menard-declenche-la-guerre-du-kebab.html 

     

    Béziers : "Maintenant, Robert Ménard doit virer... par rtl-fr

     

    « Anecdotique ? Révélateur d'une tendance de fond à la réhabilitation de l’OAS ?Henri Alleg, auteur de "La Question", est mort le 17 juillet 2013 *** Remémorons-nous son histoire »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter