• Le maire FN de Beaucaire débaptise le 29 novembre prochain la rue du 19-Mars-1962

    Rassemblement et Etat d’Urgence

    Une mesure d’interdiction s’impose, au double nom de l’ordre public et de l’état d’urgence : il s’agit là, en effet, d’un rassemblement inspiré exclusivement par la recherche de la discorde républicaine et de la désunion nationale.

    Le maire FN de Beaucaire débaptise le 29 novembre prochain la rue du 19-Mars-1962

    Le maire FN de Beaucaire débaptise le 29 novembre prochain la rue du 19-Mars-1962

    Quand un maire décide d’effacer une date célébrant la Paix par une date rappelant un massacre

     il y a de quoi s’inquiéter...

    Communiqué du président de la 4acg Alain Desjardin

     Le maire FN de Beaucaire débaptise la rue du 19 Mars 1962  par Desjardin Alain 

    "Ceci est dans la logique de la montée de l’extrême droite en France, ou le Front National espère prendre le pouvoir en région PACA. Je demande que s’organise un collectif associatif et politique (pas seulement se réclament de gauche), pour manifester le 29 novembre. J’invite les adhérents de la 4acg du secteur et du national qui le pourraient à être présent".

    Alain Desjardin

    Rue du 19-Mars-1962

     

    Appel à manifester le 29 novembre à 9h 

    rue du 19-Mars-1962 à Beaucaire 

     Nous nous opposons au changement de nom de cette rue  

    voté par l'actuelle majorité Front national de la municipalité de Beaucaire constituée de nostalgiques du colonialisme .

    Ces élu-e-s locaux violent la loi votée par la représentation nationale le 6 décembre 2012 qui reconnaît le 19 mars 1962 comme la journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

    Cette reconnaissance est le résultat d'un long chemin de vérité et de justice dû à toutes celles et à tous ceux qui ont été marqué-e-s dans leur chair par la guerre d'Algérie des deux côtés de la Méditerranée mais aussi aux générations qui en sont issues. Nous connaissons le prix de la guerre, nous voulons qu'il permette à toutes les générations de vivre ensemble et de se regarder avec respect.

    Si le chemin n'est pas terminé, il n'appartient pas à une vingtaine d'élu-e-s municipaux d'instrumentaliser des morts, de manipuler les mémoires pour effacer la signature des accords d'Evian, acte de paix qui a été reconnu par référendum à 90% en France, à 87% à Beaucaire.

    Violer la loi, rallumer la guerre, prendre une revanche facile plus de 50 ans après, attiser les rancœurs et les haines, voilà ce que propose aujourd'hui le Front national à Beaucaire.

    Nous nous opposons à ce mauvais coup qui veut faire polémique et porter atteinte à la cohésion sociale à Beaucaire; nous nous opposons à cette entreprise qui n'est qu'une vengeance idéologique du Front national à la recherche d'électeurs.

    Rassemblement le 29 Novembre 2015 à 9 h,

    rue du 19 mars 1962 (angle avenue du Maréchal Juin) à Beaucaire

    Premiers signataires :

    Ensemble !, FSU 30, Libre Pensée, Ligue des droits de l'Homme Languedoc Roussillon, Ligue des droits de l'Homme section Nîmes-Beaucaire, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Rassemblement Citoyen pour Beaucaire, Réagir pour Beaucaire, Solidaires 30, SOS Racisme, UD CGT 30.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Attentats de Paris. Terrorisme :

    quand l'histoire se répète

    Attentats de Paris. Terrorisme : quand l'histoire se répète

    Dans une édition spéciale de France 2 consacrée aux attentats du 13 novembre, le magazine "Complément d'enquête" a retracé l'histoire de cinquante ans de terrorisme en France.

    La première partie de l'émission, notamment les deux premières minutes a fait réagir des extrémistes nostalgériques concernant cet attentat terroriste : "Le 18 juin 1961, près de Vitry-le-François, une bombe explose au passage du train Strasbourg-Paris, qui déraille, faisant 28 morts et 170 blessés.
    L'attentat sera attribué à l'OAS, l'Organisation de l'Armée Secrète".

    Ces extrémistes nostalgériques ont envoyé une lettre ouverte au médiateur de France 2 que vous pourrez en prendre connaissance en cliquant sur le PDF ci-dessous et à la fin vous pourrez visionner l'émission concernée :

    PDF - 372.2 ko
    Lettre ouverte- Gérard Lehmann

    Pourquoi les terroristes ciblent-ils la France et sa politique étrangère depuis cinquante ans ? Les gouvernements successifs ont-ils reculé face à cette forme de violence ? "Terrorisme : quand l'histoire se répète" était diffusé dans l'émission spéciale des magazines "Envoyé spécial" et "Complément d'enquête" du 19 novembre 2015.

    Si l'attentat du 18 juin 1961, revendiqué par l'OAS en pleine guerre d'Algérie, est passé aux oubliettes, celui de la rue des Rosiers, en 1982, reste un marqueur dans l’histoire française du terrorisme. Cet attentat antisémite a fait 6 morts et 22 blessés. Il faudra attendre 2015 pour que le juge antiterroriste Marc Trévidic identifie ses auteurs. Un mandat d'arrêt international vient tout juste d'être lancé contre le "cerveau" de la fusillade.

    C'est en 1986 que voit le jour la première loi antiterroriste. Auparavant, "il n'y avait ni loi, ni pôle antiterroriste, ni policiers antiterroristes", rappelle Ariel Goldman, avocat de l'une des victimes de la rue des Rosiers. "Et pour le flic, le terrorisme, ce n’était pas une matière noble", confie Georges Moreas, ancien commissaire de police. Inimaginable aujourd’hui...
    Un reportage de Nathalie Sapena, Thomas Lhoste et les équipes de Complément d'enquête

     


     


    Attentats de Paris. Terrorisme: quand l'histoire se répète

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Attentats de Paris : Céline Dion rend hommage aux victimes en chantant "L'hymne à l'amour"

    Attentats de Paris : Céline Dion rend hommage aux victimes en chantant "L'hymne à l'amour"

    La chanteuse québécoise a rendu un vibrant hommage, dimanche, aux victimes des attentats à l'occasion des American Music Awards.

    "Le ciel bleu sur nous peut s'effondrer." Céline Dion a repris la célèbre chanson d'Edith Piaf, L'hymne à l'amour, dimanche 22 novembre, sur la scène des American Music Awards, pour rendre hommage aux victimes des attentats de Paris. C'est l'acteur et chanteur américain Jared Leto qui a introduit la Québécoise. Il a évoqué la mort d'un de ses amis au Bataclan et cité le témoignage d'Antoine Leiris, qui a perdu sa compagne, vendredi 13 novembre.

    Céline Dion a ensuite entonné la célèbre chanson d'Edith Piaf devant un décor aux couleurs de la France. Tour Eiffel bleu-blanc-rouge, Arc de Triomphe, pyramide du Louvre, murs de la capitale tagués pour l'occasion... De nombreux artistes présents dans la salle n'ont pu cacher leur émotion.  

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Amis français de religion musulmane prenez bien connaissance de cette lamentable histoire vraie anti musulmane…

    Commencez par visionner cette vidéo

    de notre Marianne de la semaine

    (Désolé après la pub)

    C'est Mamie Danielle

    Amis français de religion musulmane prenez bien connaissance de cette lamentable histoire vraie anti musulmane…

     

    Amis français de religion musulmane prenez bien

    connaissance de cette lamentable histoire vraie

    anti musulmane…

     

    Amis français de religion musulmane prenez bien connaissance de cette lamentable histoire vraie anti musulmane…

    Marion Maréchal-Le Pen estime que les musulmans

    "ne peuvent avoir exactement le même rang"

    que les chrétiens

     

    Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste du FN aux régionales en Paca, estime dans un entretien au quotidien de l'extrême droite catholique Présent, paru ce samedi 21 novembre, que les musulmans "ne peuvent avoir exactement le même rang que la religion catholique" en France.

    "Il faut accepter de définir et de revendiquer quel est notre héritage et quelle est notre identité. Ça passe par l'affirmation de notre héritage gréco-romain et chrétien. Il faut dire que la France est une terre culturellement et très longtemps spirituellement chrétienne", affirme la députée du Vaucluse.

    "Et dans ces conditions, si des Français peuvent être musulmans et exercer leur foi, il faut qu'ils acceptent de le faire sur une terre qui est culturellement chrétienne. Ça implique aujourd'hui qu'ils ne peuvent pas avoir exactement le même rang que la religion catholique", soutient la petite-fille de Jean-Marie Le Pen.

    "Ne serait-ce que parce que nous avons des traditions populaires qui ont des connotations spirituelles qui peuvent s’exercer dans le cadre public, ce qui aujourd’hui ne peut pas être le cas de l’islam", poursuit cette catholique pratiquante, qui a été cinq ans élève à l'institution traditionaliste Saint-Pie X à Saint-Cloud.

    "Il n'y a aucun phénomène d'islamophobie en France", juge-t-elle aussi, demandant à ce qu'on "sorte de la culture de l'excuse".

    Amis français de religion musulmane prenez bien connaissance de cette lamentable histoire vraie anti musulmane…

     

    Amis français de religion musulmane prenez bien connaissance de cette lamentable histoire vraie anti musulmane…

    La réponse à cette honteuse position

    Marion Maréchal Le Pen a osé le dire: les musulmans "ne peuvent avoir exactement le même rang que la religion catholique" en France. 

    Comment tolérer ce positionnement destructeur, déstructurant qui place la croyance comme étant un critère objectif pour hiérarchiser les Français, pour définir le traitement que la République pourtant déclarée Une et Indivisible doit accorder à ses citoyens ?

    Avec de tels propos, l'élue frontiste place clairement et ostensiblement le Front national en dehors du champ républicain, et même, osons le dire probablement en dehors de la légalité, si on considère qu'il s'agit de la position du parti. Marion Maréchal Le Pen est un cadre de ce parti.

    Il ne s'agit pas des propos d'un groupuscule identitaire, il s'agit des propos d'un parti qui aspire à diriger des régions, qui aspire à accéder aux plus hautes fonctions.

    Les musulmans qui sont tentés par le Front national ne peuvent pas faire semblant de ne pas savoir comment ils y sont et seront considérés, comment les musulmans seraient globalement considérés si le Front national accède aux plus hautes fonctions.

    Cette affirmation est surtout le reflet de l'inculture et du manichéisme frontiste. L'opposition est simple il y a les méchants musulmans islamistes et les catholiques qui sont menacés par ces premiers. Les autres religions n'existent pas.

    Pour que le Front national en fasse un sujet, il faut qu'il y ait un intérêt, soit un intérêt à être détesté, soit un intérêt à être soit disant soutenu avec hypocrisie. En invoquant l'histoire, l'héritage, Marion Maréchal Le Pen invoque un certain roman national qui exclut de fait les populations étrangères, les musulmans.

    Or, chacun sait que le récit national s'est écrit avec les musulmans, mais pourquoi demander au parti du raccourci et de l'inculture d'être honnête vis-à-vis de la mémoire collective et plurielle qui nous construit ?

    Nous le redoutions, une semaine après le choc des attentats de Paris, les propos les plus abjects fleurissent un peu partout. Pas uniquement dans les rubriques commentaires ou sur les réseaux sociaux.

    Nous avons eu les discours martiaux de celles et ceux qui, frustrés de ne pas être aux responsabilités à ce moment et qui veulent faire parler d'eux en faisant de la surenchère, mais aussi le concours Lépine de la meilleure proposition à chaud, ou plutôt de la plus stupide et liberticide, en déconnectant la question sécuritaire de l'état d'urgence qui de fait, correspond à une situation exceptionnelle.

    Les Français se sont levés, avec le soutien du monde entier pour affirmer leur unité. Leur solidarité.

    Le Front national accompagné par une partie de la droite qui petit à petit prouve qu'elle n'a de républicaine que le nom, l'affirme avec aplomb sur les plateaux TV et Radio : Au nom de la lutte contre un prétendu politiquement correct, il ne faut surtout pas s'abstenir de faire des amalgames au risque de paraître trop tendre face au péril islamiste.

    Tant pis si nos compatriotes ne peuvent plus vivre librement à cause de la peur et du regard accusateur. Tant pis si cette stratégie de l'amalgame rend de fiers services à Daesch...
    Tant pis si finalement cette stratégie fracture encore plus le pays et inflige une double peine à la cohésion sociale et au vivre ensemble.

    Quelles seront les limites de cette irresponsabilité chronique ?

    Pourtant, plus que jamais il s'agit de faire front avec nos compatriotes musulmans. Oui il s'avère qu'il y a des millions de musulmans en France qui ont le malheur de constater qu'il y a des fous dans ce monde qui osent le pire en se servant de leur religion. Restons lucides. C'est ensemble que nous allons lutter avec notre force citoyenne, notre fraternité, les valeurs que nous partageons contre l'idéologie malade, cette dérive sectaire qui ose tenter de prendre en otage toute une communauté.

    Mamie Danielle, le cauchemar du Front national, le cauchemar des identitaires, le visage d'une Marianne qui incarne ce dont on a besoin.

    "Fraterniser avec les 5 millions de musulmans"... Cet appel à la fraternité ne peut que toucher celles et ceux qui demeurent convaincus que le vivre-ensemble, l'unité sont les réponses les plus fortes que chaque citoyen à son niveau peut mettre en œuvre.

    Danielle a tendu la main, et envoyé une flèche au Front national...

    Le Front national de Marion Maréchal qui affirme qu'il y a des citoyens de seconde zone... Peut-on clairement se poser la question de l'interdiction de ce parti?

    Finissons plutôt en parlant de Danielle, de notre Marianne de la semaine.

    Michel Delpech le chantait si bien... "Que Marianne était jolie..."

     

    Des fleurs pour Danielle, la mamie

    de BFMTV qui a séduit les internautes

    Amis français de religion musulmane prenez bien connaissance de cette lamentable histoire vraie anti musulmane…

     

    Quand le monde ne tourne plus rond, il suffit parfois de quelques mots pour faire un peu de bien. Ces mots, "la mamie de BFM", comme l'ont rebaptisée des internautes, a su les trouver, alors qu'elle venait rendre hommage aux victimes des attentats Place de la République. La vidéo, devenue virale en quelques heures, a suscité l'admiration de la toile, et le mouvement ne s'est pas arrêté là.

    Danielle, la Marianne de la semaine a notamment déclaré :

    "Nous fraterniserons avec les 5 millions

    de musulmans et nous combattrons

    les 10.000 barbares"

    Trois jours après les attentats extrêmement meurtriers du 13 novembre, les hommages se multiplient à Paris. "C’est très important d’apporter des fleurs à nos morts et de lire ‘Paris est une fête’ d’Hemingway. Nous sommes une civilisation très ancienne et nous porterons au plus haut nos valeurs", a déclaré une passante à proximité du Bataclan. "Nous fraterniserons avec les 5 millions de musulmans qui exercent leur religion librement et gentiment et nous nous battrons contre les 10.000 barbares qui tuent, soi-disant au nom d’Allah", a-t-elle ajouté.

     

    SOURCE : http://www.huffingtonpost.fr/yannick-wezetjohn-nambo/quand-marion-marechal-le-pen-hierarchise-les-citoyens-en-fonction-de-leurs-croyances_b_8623882.html

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Lettre ouverte - L'amour de l'autre, ce funambule

    Lettre ouverte - L'amour de l'autre, ce funambule

    Devant le Bataclan après la prise d'otages meurtrière le 14 novembre 2015.

    Photo Christian Hartmann/ Reuter

    Ce message de Clément Bono nous est parvenu par email : "Bonjour, je vous adresse une lettre ouverte que j'ai écrite en réaction aux événements du 13 novembre et que je souhaiterais faire publier sur votre site" Nous ne connaissons pas Clément, mais beaucoup se reconnaîtront dans son texte que nous publions et partageons.

    "Je m’adresse ici à tout ce qu’il reste d’humain parmi l’horreur. Les faiseurs de peine, ces artificiers de la peur, ont voulu nous diviser.  Alors je nous exhorte, 66 millions de Français et 7 milliards de citoyens du Monde, à nous associer tous ensemble pour ne pas oublier que les victimes, ainsi que les héros, du vendredi 13 sont morts ou blessés à notre place, parce qu’ils incarnaient une capitale de la joie et de l’amour. Des hommes et des femmes de dix-neuf nationalités ont payé de leur vie cette outrageuse offense qu’ils ont faite à l’humanité, cette indécente volonté de se rendre en terrasse pour profiter de la vie autour d’un verre. On ne leur aura pas laissé suffisamment de temps pour le faire. Ils fêtaient un anniversaire, se retrouvaient entre amis, voulaient chanter et danser jusqu’au bout de la nuit, avaient traversé la France pour deux heures de rock ou passaient devant un stade … Tout ça un vendredi soir.

    *** « Ils ont voulu notre silence, ils n’auront eu qu’une minute », pouvait-on lire sur plusieurs pancartes en carton brandies le lundi 16 novembre 2015 parmi la foule, le lundi 16 novembre à 12h00. ***

    Au frère Brahim Abdeslam, à Bilal Hadfi devant le Stade de France, à Omar Ismaïl Mostefaï et Samy Amimour au Bataclan, à votre « cerveau » Abdelhamid Abaaoud, à la voix du désastre Olivier Clain, à la lâcheté d’un fuyard Salah Abdeslam, à tous ceux que l’on n’a pas encore identifié, et à tous les autres à venir. Nous sommes 66 millions de Français à vous dire notre détermination. Notre détermination à ne pas avoir peur de vos exactions et de votre barbarie. Notre détermination à pointer du doigt vos «valeurs», qui n’en sont pas. Notre détermination à nous rappeler que huit – ou neuf – hommes de guerre n’y auront (presque) pas survécu. Vous êtes tout ce que l’humanité a fait de pire, vous êtes le paroxysme de la cruauté, soldats du néant. Vous, qui voulez mourir en martyrs, sachez que vous n’emporterez rien d’autre avec vous que la détestation et la haine. Ce n’est pas à coups de bombes que l’on détruit une République, ce n’est pas avec une arme que l’on fait taire le Monde.

    A chaque instant qu’il nous sera donné de vivre, à tout âge et à toute heure de la vie, nous continuerons à sortir dans la rue, sourire aux lèvres, à boire en terrasse, des bières bien fraîches, à danser de concert, dans des salles de spectacle. Nous continuerons à aller au stade, en nous revendiquant de la Génération Bataclan.

    *** Pour fuir la terreur et échapper à la mort, parce que nous ne sommes pas les seules victimes. ***

    J’en appelle à l’intelligence et au discernement de ceux qui doivent apporter une solution durable à un problème déjà enraciné. Cessez donc de vous battre pour une région, car cette semaine, c’est le Monde qui souffre. Mettez vos ambitions de côté, humbles et dignes représentants d’un pays meurtri, et partez plutôt en campagne contre la barbarie et l’ignominie qui se trimballent dans nos rues.

    A tous ceux qui voudraient désigner les immigrés comme responsables d’une situation dont ils ne le sont pas, et qui fonde même les raisons de leur départ vers une mort certaine : rappelez-vous que les événements du vendredi 13 novembre 2015 sont le lot du quotidien trop chargé de ces centaines d’hommes, de femmes et d’enfants qui s’échouent sur les côtes européennes. Les événements tragiques de Paris qui suscitent la compassion internationale, ont été perpétrés plusieurs dizaines de fois dans des quartiers populaires du Liban, à l’échelle de villages africains tout entiers, ou encore au sein des «frontières» autoproclamées d’Abou bakr el-Badghdadi. Ceux que nous appelons « les migrants » et qui sont avant tout des hommes, comme vous et moi, des hommes, des femmes et des enfants qui ont souffert trop longtemps pour accepter d’y rester, des hommes, des femmes et des enfants qui y ont assisté à leur façon, jour après jour, en apprenant à vivre avec la peur, au milieu des tirs et des explosions, ces hommes, ces femmes et ces enfants se sont battus toute une vie pour offrir à leur famille le ticket d’un voyage unique. Mais à quel prix, et vers quelle destination … Ces bateaux de misère bondés d’êtres humains et d’histoire lourde, naviguent vers une mort certaine. Quand périr en mer est la seule alternative pour échapper au crime et à la torture, comment voulez-vous obliger ces malheureux à souffrir plus longtemps ? Le bruit des bombes et des armes, l’odeur du sang qui coule, le goût amer du crime, les pleurs des mères à qui l’on a ravi des filles devenues esclaves aux côtés de barbares, et qui cherchent encore désespérément le corps d’un mari qu’elles ne reverront jamais, sont tout ce que le quotidien syrien et irakien sont parvenus à leur offrir. Ces bateaux remplis à chavirer, n’ont pas été précipités en mer par l’espoir d’un monde meilleur mais par l’espoir d’un monde moins pire. L’urgence d’accueillir ces hommes et ces femmes ne doit pas être menacée par ces quelques terroristes qui ont ouvert une brèche dans la confiance inébranlable des Européens à faire le bien autour d’eux.

    *** « Le problème, ce n’est ni le Coran, ni la Bible, incohérents et mal écris » écrivait Charb quelques jours avant sa mort dans une lettre publiée après son décès le mercredi 7 janvier 2015. ***

    Les djihadistes ne se battent pas au nom d’une religion, car la cruauté et la barbarie n’ont pas de Livre, sinon celui des ténèbres. En prêchant un Islam radical et violent, ils fragilisent une communauté pacifiste sur laquelle ils font reposer le poids d’une culpabilité que grand nombre d’imams n’auront jamais souhaitée. La République de partage et de tolérance n’est pas négociable, elle n’est pas un marché économique qu’on fait, défait et refait au rythme des crises. La République est forte, elle tire son essence des valeurs qu’elle défend et ne doit pour aucune raison se laisser manipuler par des barbares en mal d’identité. Ces hommes et ces femmes qui explosent en pleine rue veulent semer le désordre et engendrer le chaos. L’union sacrée, l’unité nationale, ce n’est pas reconnaître d’une voix qu’il existe un problème, c’est lui apporter une solution pérenne. Au milieu de l’horreur, personne ne pourra nous aider à nous débarrasser du fléau terroriste en prenant pour coupables ceux qui ne le sont pas. Stigmatiser les musulmans, stigmatiser les migrants, c’est donner raison à tous ces barbares qui, tant qu’on s’attaque aux faux problèmes, répandent les vrais malheurs. Des musulmans sont devenus terroristes, mais les terroristes ne sont pas musulmans. N’inversez pas l’ordre des mots, ou vous inverserez celui du monde.

    Une dernière pensée pour celles et ceux qui sont tombés sous les balles, qui ont versé leur sang pour avoir voulu profiter des délices de la vie, pour celles et ceux qui ont assisté de près ou de loin aux carnages du 13 novembre. Une dernière pensée qui ne doit pas nous faire oublier qu’ils ont donné leur vie pour éveiller les consciences.

    A toutes ces victimes, qui me rendent fier de pouvoir me revendiquer de cette « Génération Bataclan », je vous souhaite de vous envoler vers un monde de paix et d’amour, vers un monde que nous, ici sur Terre, ne connaîtrons probablement jamais.

    Clément Bono

    SOURCE : http://www.humanite.fr/lettre-ouverte-lamour-de-lautre-ce-funambule-590381

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique