• Armées : deux nouveaux conseillers

    auprès de Geneviève Darrieussecq

    Par arrêté du jeudi 3 août 2017, publié au Journal officiel du mardi 8 août 2017,  sont nommés au cabinet de la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq

    Conseiller social : le contrôleur général des armées Sylvain Mattiucci, à compter du 24 juillet 2017.

    Conseiller lien Armées – Nation, mémoire et monde combattant : Aurélien Sebton, à compter du 16 août 2017.

    Même si la secrétaire d’État est très discrète depuis sa nomination, elle a néanmoins visité les services de l’Office national des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC-VG), ainsi que le site du Mont Valérien, on sait que la ministre Florence Parly lors d’un point de presse a indiqué que Geneviève Darrieussecq avait notamment en charge la question des anciens combattants et de la mémoire qui au cours de la mandature précédente faisant l’objet d’un secrétariat dédié confié à Kader Arif puis à Jean-Marc Todeschini.

    SOURCE : http://lhistoireenrafale.blogs.lunion.fr/2017/08/08/armees-deux-nouveaux-conseillers-aupres-de-genevieve-darrieussecq/ 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Norbert Falzon a été décoré pour «son âme patriotique»

    Norbert Falzon (pied-noir) a été décoré pour «son âme patriotique»

    «Norbert Falzon, ce Pied-Noir à l'âme patriotique, homme de devoir, solidaire et passionné», dira M. Casabonne./ Photo DDM M. A.

    «L'Ordre national du Mérite est un ordre universel qui distingue des personnes issues de tous les domaines d'activité. Il s'agit du second ordre national destiné à honorer des citoyens français en complémentarité avec la Légion d'honneur». Ces explications étaient données par le lieutenant-colonel Dufréchou lors de la remise du ruban bleu à Norbert Falzon, enseignant à la retraite, engagé auprès des Anciens Combattants d'Algérie, Maroc et Tunisie depuis 18 ans sur Lombez-Samatan.

    Cette cérémonie s'est déroulée dans le cadre de la célébration du 14-Juillet. Entouré de Suzanne, son épouse, à qui on rendit hommage, et de sa famille, le récipiendaire accueillait cet honneur avec une grande fierté. De nombreux élus et responsables d'associations mémorielles liées à la guerre d'Algérie, outre le maire Hervé Lefebvre et la conseillère départementale Yvette Ribes, assistaient à l'événement. Une très large assistance d'amis et de sympathisants prenait ensuite place dans la salle des fêtes pour y suivre le cérémonial.

    Norbert Falzon est né le 17 mai 1939 en Oranie. Il est fils et petit-fils de mineurs de plomb. Lui-même fit carrière dans l'enseignement (dessin industriel) dont 21 ans au lycée professionnel de Samatan. Il fut incorporé dans l'armée pendant la guerre d'Algérie (1960-1962). Le 5 juillet 1962, lors de la tuerie perpétrée contre la population européenne et les musulmans francophiles à Oran, il fut fait prisonnier et ne dut la vie sauve qu'à l'intervention d'un ancien militaire musulman qu'il connaissait. Il assume depuis 18 ans la difficile tâche de présider la section locale de la FNACA tout en étant Pied-Noir. Ses pairs lui rendirent un vibrant hommage, notamment M. Casabonne, s'exprimant au nom de la FNACA, du Comité du Mémorial gersois et du Comité gersois de la Mémoire des anciens combattants, notant à son sujet : «un merveilleux exemple de dépassement, d'effacement de soi, privilégiant la recherche d'une paix intérieure avec l'histoire de notre pays, peut-être au détriment de l'expression d'un ressenti personnel». Un apéritif festif offert par le décoré et la municipalité concluait la cérémonie.

    La Dépêche du Midi


    SOURCE :  
    http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/22/2616342-norbert-falzon-a-ete-decore-pour-son-ame-patriotique.html#uYpWh0rmuBHW59Tv.99 

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Inauguration d’une nouvelle rue

    du « 19 mars 1962 - cessez-le-feu en Algérie »

    st martial.jpg

    DSCN6855_compressed.jpg

    DSCN6854_compressed.jpg

    Le maire, Michel Dupuy, et son conseil municipal avaient invité porte-drapeaux, adhérents de la FNACA, autorités, personnalités, pompiers, associations, tous  présents auprès de Gérard Kieffer, vice-président délégué départemental de la FNACA et Roger Pouquet, vice-président départemental, responsable du secteur Isle-Loue-Auvézère du Périgord, pour inaugurer une nouvelle rue.

    Les deux représentants de la FNACA, au cours de leur allocution, se sont penchés sur la naissance de celle-ci à travers un rappel de ce qui allait devenir la guerre d’Algérie. Les anciens combattants, avec la complicité de la commune, continuent leur devoir de mémoire afin que l’histoire de cette guerre ne soit pas oubliée par les générations à venir.

    Ainsi, la commune rejoint la longue liste des onze communes qui ont déjà pris les délibérations dans ce sens. Depuis le cessez-le-feu, la Fnaca a toujours commémoré ce souvenir.

    DSCN6861_compressed.jpgAprès le dévoilement de la plaque, des gerbes ont été déposées devant le Monument aux morts.

    Cette cérémonie a marqué les esprits par la qualité et la dignité des interventions et le nombre de participants.

    Le cortège s’est ensuite dirigé vers Excideuil pour l’inauguration d’une stèle suivi d’un vin d’honneur offert par les deux municipalités.

    DSCN6847_compressed.jpg

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (5)

    Quelles sont précisément les attributions de la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées ?

    Informations à quelques amis  anciens combattants

    Le 21 juin dernier, le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, annonçait la nomination de Geneviève Darrieussecq, maire de Mont-de-Marsan, à la fonction de secrétaire d’État auprès de Florence Parly, la ministre des Armées. Sans plus de précisions. Allait-elle remplacer Jean-Marc Todeschini, ex-secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et la Mémoire (SEDAC) ?

    Trois semaines plus tard, l’espace du site Internet du ministère de la Défense dédié au SEDAC a été vidée de son contenu. Et aucun agenda de Mme Darrieussecq n’a été diffusé. Sans doute fallait-il attendre la publication du décret « relatif aux attributions de la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées ». Ce qui vient d’être fait. Seulement, on n’est pas plus avancé.

     « Mme Geneviève DARRIEUSSECQ, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées, connaît de toutes les affaires que lui confie la ministre des armées », est-il indiqué dans l’article 1 du décret n°2017-1150 du 10 juillet 2017.

    Le suivant précise que « pour l’exercice de ses attributions, la secrétaire d’État dispose, en tant que de besoin, des services placés sous l’autorité de la ministre des armées, ou dont elle dispose. »

    Enfin, l’article 3 stipule que « la secrétaire d’Etat reçoit délégation de la ministre des armées pour signer, en son nom, tous actes, arrêtés et décisions, dans la limite des attributions qui lui sont confiées. Elle contresigne, conjointement avec la ministre des armées, les décrets relevant de ses attributions. »

    Mais encore? Quid des Anciens combattants, du lien Armée-Nation, de la Mémoire? Qu’on se rassure, dans un entretien donné à Sud Ouest, Mme Darrieussecq a donné quelques précisions sur ses activités.

    « Je dois être en capacité de suppléer la ministre aux armées », a-t-elle dit. Et d’ajouter : « Bien sûr, j’ai des dossiers spécifiques à ma charge comme les anciens combattants, la mise en place du service national, la culture, avec les musées des armées. […] Il y aura aussi un travail sur le développement durable des sites militaires. Et je suis également chargée du développement des relations entre l’armée et les acteurs économiques du territoire et de la formation initiale et continue. »

    Au passage, l’on apprend que, outre les anciens combattants, les blessés et les pensions, la secrétaire d’État aura aussi à s’occuper des « victimes d’attentats » alors que ces dernières relevaient, dans le précédent gouvernement, d’un secrétariat d’État aux Victimes.

    Mais l’un des gros dossiers qui attend Mme Darrieussecq sera la mise en place d’un service national, promis par le président Macron et confirmé par Édouard Philippe, le Premier ministre, lors de sa déclaration de politique générale. « Je ne crois pas que les militaires y soient opposés », a-t-elle confié à Sud Ouest, alors que les Armées devraient fournir jusqu’à 18.000 personnels pour encadrer les appelés, d’après un rapport du Sénat. Par ces temps de tempête budgétaire, dire que les militaires ne sont pas réticents est aller un peu vite en besogne…

    « Il faut trouver un équilibre pour permettre à ce service de remplir son but. À savoir : parler de la Nation ; que les jeunes acquièrent cet aspect, autour de l’unité du pays. C’est un objectif fort. Ce travail se fera avec plusieurs ministères, des armées bien sûr, mais aussi de la jeunesse, de la culture et du sport. […] Cela prendra bien un an de concertation, mais on doit réussir à dessiner quelque chose de réalisable et qui entre dans les capacités budgétaires », a encore expliqué Mme Darrieussecq, qui n’est pas encore en mesure de préciser les coûts d’une telle mesure. « Pour l’instant, je n’ai pas les chiffres », a-t-elle dit.

    S’agissant du budget des Armées, l’entretien accordé par Mme Darrieussecq à Sud Ouest tombe fort mal à propos. « Le président s’est engagé à augmenter progressivement le budget des armées pour atteindre 2 % du PIB en 2025. À l’heure où l’on recherche des économies, ce ne sera pas ciblé sur les armées qui, dans le contexte actuel et à venir, auront besoin d’être renforcées en hommes et en matériel. L’engagement du Président sera respecté », a-t-elle dit.

    Sauf que, après l’annonce d’un effort de 850 millions d’euros demandé aux Armées par le ministère de l’Action et des Comptes publics, elle a dû annuler son déplacement sur la base aérienne de Mont-de-Marsan, où elle était attendue avec Mme Parly, cette dernière devant s’entretenir avec le Premier ministre pour évoquer ce coup de massue.

    En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/07/11/quelles-sont-precisement-les-attributions-de-la-secretaire-detat-aupres-de-la-ministre-des-armees/#TA60cKkEZ7ug0hq8.99 

     

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (4)

     

    Y aura-t-il une secrétaire d’Etat

     aux anciens combattants ? 

    Deux femmes au gouvernement pour les Armées : une configuration inédite

    en France

     

    Informations à quelques amis  anciens combattants

    La haut-fonctionnaire Florence Parly, 54 ans,  a été nommée le mercredi 21 juin 2017,  ministre des Armées en remplacement de la députée européenne MoDem Sylvie Goulard, qui n’aura été à ce poste qu’un mois, a annoncé le secrétaire général de l’Élysée. La directrice générale de SNCF Voyageurs a été secrétaire d’État socialiste au Budget dans le gouvernement  de Lionel Jospin entre 2000 et 2002 et les militaires n’en ont pas forcément gardé un bon souvenir. Elle a aussi travaillé dans plusieurs cabinets ministériels de gauche. Si elle s’était éloignée de la politique, c’est un monde qu’elle connaît bien et elle dispose d’un carnet d’adresses qui ne peut que lui être profitable.

    Informations à quelques amis  anciens combattants

    Médecin, Geneviève Darrieussecq, 61 ans, qui a été élue le dimanche 18 juin 2017, députée MoDem de la 1e circonscription des Landes, a été nommée secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées. Pour l’heure on ne connaît pas les domaines de compétences qui lui seront attribués. Peut-être recevra-t-elle la responsabilité des Anciens Combattants, de la Mémoire et des Victimes d’actes de terrorisme mais cela n’est qu’une hypothèse. Il faut attendre les périmètres qui seront précisés plus tard au Journal officiel. La question est posée d’autant que les associations ont déjà fait preuve de leurs préoccupations en raison de l’absence d’un portefeuille dédié dans le premier gouvernement dirigé par Edouard Philippe.

    Comme maire de Mont-de-Marsan, Geneviève Darrieussecq a une proximité avec l’armée de l’air via la BA 118 colonel Rozanoff, qui accueille notamment le prestigieux Normandie-Niemen dont on vient de fêter le soixante-quinzième anniversaire, unité compagnon de la Libération qui possède des Rafale.

    Cette configuration de deux femmes en charge de ce ministère régalien des Armées est une première dans l’histoire de la République. Même si sous la Ve et pendant cinq ans, Michèle Alliot-Marie a détenu le portefeuille de la Défense et a été également en charge sous le quinquennat de Jacques Chirac des Anciens combattants avant les législatives et le remaniement qui les suit.

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (3)

    Communiqué (partiel) de Guy Darmanin

    président national de la FNACA

    Le candidat « En Marche », aujourd’hui  président de la République, m’a fait adresser un courriel quatre jours avant le second tour  de l’élection dans lequel on peut lire ses engagements :

    -      Pour la Journée Nationale du Souvenir le 19 Mars : « ... Le Parlement a inscrit dans le calendrier national, la date

     du 19 Mars 1962 »,

     Emmanuel Macron soutiendra cette décision. 

    -             Respectera le Droit à réparation. 

    -             Maintiendra un interlocuteur spécifique pour le Monde Combattant et la Mémoire. 

    -             S’engage à conserver l’efficacité de l’ONAC. 

    -             Prescrira une étude attentionnée pour la campagne double. 

    -             Favorable à l’attribution de la Carte du Combattant jusqu’au 1er juillet 1964. 

    -         Considère que l’ONAC joue un rôle essentiel dans le domaine de la solidarité. 

    Certes, nous sommes en possession d’engagements écrits du président de la

     République danslequel il fait aussi, concernant les anciens combattants, référence à Clemenceau :

     « Ils ont des droits sur nous ».

    À l’instant  je rédige cet éditorial, nous n’avons pas encore d’interlocuteur

     ministériel de nommé. 

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (2)

     

    Est-ce une suite à l'article ci-dessous ?

     

    Macron nomme un Monsieur Mémoire à l'Elysée

      16h00 , le 4 juin 2017

    Le conseiller d'Emmanuel Macron Sylvain Fort va diriger un pôle "discours et mémoire" que le Président souhaite mettre au coeur de son action.

    Information à quelques amis   anciens combattants

    Sylvain Fort (de face, au centre), ici à la l'Elysée lors de la passation de pouvoirs. (Reuters)
     

    Sylvain Fort, qui gérait la communication du candidat Macron pendant la campagne présidentielle, change de secteur d'activité : à l'Élysée, il est bombardé responsable d'un pôle "discours et mémoire". Plume du chef de l'État, il s'occupera de la relation avec les intellectuels et des questions mémorielles, qu'Emmanuel Macron a la ferme intention d'empoigner pendant son quinquennat. "C'est moins une question d'alignement de dépôts de gerbes, même si les commémorations sont bien sûr importantes, indique l'Élysée. Il s'agit de réussir la réconciliation des mémoires et de construire un récit national."

    Informations à quelques amis

      anciens combattants

    (1)

    Je lisais ces derniers jours un communiqué d’une association d’anciens combattants et  notamment cette phrase :

    "Elle a pris acte de l’élection d’un nouveau président de la République et de la désignation du gouvernement, dans lequel il n’y a pas, pour le moment, de ministre ou secrétaire d’Etat spécialement dédié aux dossiers des anciens combattants et de la Mémoire. M. Emmanuel Macron s’étant engagé clairement sur ce point."

    Si j’en crois l’article ci-dessous il n’y aura plus de ministre ou secrétaire d’Etat : 

    Exclusif

    Le gouvernement va créer des Hauts Commissariats

    plutôt que des secrétaires d’Etat

    Les anciens combattants pourraient, par exemple, en devenir un

     
     
    Le gouvernement va créer des Hauts Commissariats, plutôt que des secrétaires d’Etat

    Au lendemain des élections législatives du 18 juin, le Gouvernement envisage de créer des Hauts-commissaires plutôt qu’une flopée de secrétaires d’État. Ces postes sont en effet nécessaires autant pour faire fonctionner la machine gouvernementale au quotidien que pour satisfaire les ambitions d’amis politiques.

    Toujours selon nos informations, les anciens combattants, qui avaient leur secrétaire d’État dans le précédent gouvernement, pourraient ainsi devenir un Haut-Commissariat.

    Il ne s’agit pas d’une nouveauté radicale, car cette formule a existé durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy avec la nomination de Martin Hirsh comme haut-commissaire « aux solidarités actives contre la pauvreté », puis à la « jeunesse ».

    La pratique remonte à la IIIe République, comme le rappelle le juriste Marc Frangi dans un article de la Revue française de droit constitutionnel. Toutefois, sous la même appellation, on confond des fonctions administratives (comme le Haut-commissaire à l’énergie atomique, au CEA, ou les représentants de l’État en Polynésie ou en Nouvelle-Calédonie, les « haussaires ») avec des postes plus politiques - l’alpiniste Maurice Herzog fut ainsi Haut-Commissaire aux sports au début de la Ve République.

    L’absence de quelques portefeuilles ministériels au sein du gouvernement Philippe a provoqué quelque émoi dans les milieux concernés, à l’exemple des associations d’anciens combattants qui tiennent à avoir « leur » ministre. Tout en se contentant souvent d’un secrétaire d’État et demain, sans doute, d’un Haut-Commissaire.

    SOURCE : http://www.lopinion.fr/edition/politique/gouvernement-va-creer-hauts-commissariats-plutot-que-secretaires-d-127144

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les oubliés de la guerre d’Algérie

    A l’issue du scrutin présidentiel historique qui a tranché entre deux thèses :

    - d’un côté, la vue Frontiste d’une France du passé qui rappelle celle de Vichy et plus tard de l’O.A.S. des généraux de la guerre d’Algérie en rébellion contre la république, marquée  aujourd’hui par un repli identitaire avec le renoncement à l’Europe,

    -et de l’autre, par un projet d’une France réconciliée tournée vers l’avenir sans oublier les leçons du passé,

    qu’il me soit permis d’interpeler notre jeune président, Emmanuel Macron, à propos des sacrifices du contingent dans la guerre d’Algérie.

    Oui, la France de Vichy, celle dont Jacques Chirac Président a rappelé en 1995 toute la responsabilité dans la rafle du Vel d’Hiv en 1942 qui a permis aux forces de gendarmerie de livrer aux nazis 13 000 innocents. A ceux qui aujourd’hui encore falsifient l’Histoire en disqualifiant la portée mémorielle du geste de Jacques Chirac, il est bon de signifier que si pour Churchill la France était à Londres avec de Gaulle, pour les Américains, elle était à Vichy avec Pétain.

    A notre jeune Président de la République qui dans un discours de campagne à l’occasion de sa visite en Algérie a qualifié la guerre d’Algérie de crime contre l’humanité, je m’autorise à lui signifier mon incompréhension de ne pas avoir évoqué le sacrifice des jeunes appelés et rappelés qui à peine plus vieux de vingt ans ont laissé leur vie au combat pour une cause, l’Algérie Française, qui n’était pas la leur. Contrairement à la revendication de la France colonisatrice, les départements d’Algérie et des espaces sahariens n’étaient pas la France.

    Ils furent ainsi 30000 morts pour la France entre 1954 et 1962. Leur mémoire est conservée grâce encore au Président Jacques Chirac, ancien combattant en Algérie, au Mémorial National de la guerre d’Algérie, quai Branly à Paris. Ce monument inauguré le 5 décembre 2002, rend hommage aux 1,5 millions de jeunes appelés contraints de gré ou de force à servir en Algérie. Que notre jeune Président complète la résonnance qu’il a voulu donné de la responsabilité de la France en Algérie par l’évocation des souffrances subies par toute cette jeunesse qui pour la plupart avait connu une enfance marquée par les affres de l’Occupation pendant la seconde guerre mondiale.

    L’Algérie me fut chère car mon père est né à Alger et sans avoir combattu, j’ai servi entre 1961 et 1962 sur la base des essais nucléaires d’In Amguel-In Ekker dans le Hoggar.

    Louis Bulidon

    Source : https://blogs.mediapart.fr/louis-bulidon/blog/080517/les-oublies-de-la-guerre-d-algerie 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires